Mise à jour le Sunday, 08-Feb-2009 21:38:53 CET. 

La trompe de chasse

Ce n'est pas un cor !!
Au menu de cette page :


Cor ou trompe ? Qu'est-ce que c'est ?

La trompe de chasse est un instrument de musique, en cuivre et laiton

Elle se distingue par plusieurs points du cor de chasse utilisé dans des orchestres ou fanfares de régiment:

  • le son de la trompe est un peu plus grave (en ré) que celui du cor (en mi) ;
  • lorsque l'on tient l'instrument, le son de la trompe part derrière, alors que le son du cor part devant ;
  • les deux instruments ne s'utilisent pas de la même façon : les sons de la trompe sont vibrés et puissants ;
  • au contraire de la trompe, le cor dispose d'un tube coulissant qui permet de faire varier sa longueur et donc de l'accorder ;
  • on joue du cor mais on "sonne" de la trompe et on parle de "sonneurs" de trompe.

  •  

    Fabrication et détails anatomiques

    La trompe de chasse est en fait un "simple" tube de 4,54 mètres de long, enroulé sur 3 tours 1/2. Fin au départ, il s'évase de plus en plus jusqu'au pavillon d'où sort le son. En réalité, il s'agit de plusieurs tubes emboités et soudés les uns dans les autres. Sur l'image ci-contre, on peut distinguer les différents enroulements, ainsi qu'un des deux tenons (pièce courbe, quelquefois droite, permettant d'améliorer la solidité du montage).

    Le métal est soigneusement étiré et martelé par le fabricant, car du soin et du savoir-faire de ce dernier dépendent toutes les qualités de l'instrument.
    L'épaisseur du métal varie. Plus il est fin, plus la trompe est légère, vibrante, claire et facile à sonner mais plus elle est fragile. On parle ainsi de trompes lourdes, mi-lourdes ou légères.

    embouchure de trompe de chassePour pouvoir sonner, il faut une trompe mais aussi une embouchure. Il en existe de nombreux modèles, et chacun doit trouver celui qui est adapté à la forme des lèvres et à la façon de sonner. Le bord est plus ou moins fin, le bassin (entonnoir) plus ou moins évasé, et le grain (partie intérieure la plus étroite) plus ou moins large... L'embouchure est terminée par la queue qui lui permet de s'adapter à la trompe.
    Ceux qui connaissent les embouchures de cor, voire de trompette, peuvent constater que le bord de celle-ci est beaucoup plus mince : il assure une bonne fixité sur les lèvres face aux pressions importantes développées. Le grain permet de compresser l'air à son arrivée dans l'instrument.
    Parmi tous les modèles existants, on distingue un cas particulier : les embouchures de basse. Celles-ci facilitent l'émission des sons très graves avec un bassin et un grain larges. Le ruban me permet de lier l'embouchure à la trompe et d'éviter de la perdre.

    .

    Le son et les notes

    Comme pour la trompette ou le cor, le son est émis par les lèvres que l'on fait vibrer à l'aide de la pression d'air. Par contre, il n'y a pas de touches : ce sont les lèvres qui font tout le travail, ainsi que la pression d'air et la langue.
  • En plus du contrôle de la hauteur des notes, les lèvres assurent un rôle de "coussin d'air" pour éviter à l'embouchure de les écraser sur les dents. On pourrait alors penser qu'il faut appuyer fort pour éviter à l'air de sortir sur les côtés (aux commissures des lèvres). En réalité, c'est plutôt une erreur de débutant : appuyer fort finit par diminuer la circulation sanguine... et les lèvres fatiguent vite. Les sonneurs plus confirmés appuient peu car les muscles des lèvres sont plus développés et mieux contrôlés. Rassurez-vous, cela ne modifie pas le visage !!
  • Ouf !
    Tout ceci est assez physique, mais il ne s'agit surtout pas de souffler comme une brute : ça ne se sert à rien sauf à dégrader le son et à se fatiguer plus vite. Une bonne maîtrise de tout ce qui précède permet de sonner bien, longtemps, et avec du son : la portée de l'instrument en rase campagne peut atteindre 4 km ! On peut alors appeler ce sonneur "une bonne trompe".

    Origine et histoire de la trompe

    Il y a quelques siècles, les veneurs (chasseurs à courre) devaient pouvoir communiquer entre eux à longue distance. On utilisait alors des cors ou huchets, successeurs des olifants. Ces instruments n'émettaient qu'une seule note, et les informations étaient donc codées comme en morse.
  • En 1680 apparaît la première trompe et sont créés les premiers airs (qu'on appelle des fanfares).
  • En 1685, M. Raoux crée une trompe à 1 tour 1/2..
  • En 1723, le Marquis de Dampierre "choisit" le ton en ré pour la vénerie, conservé jusqu'à maintenant. C'est la trompe Dampierre.
  • En 1729, il fait réaliser une trompe à 2 tours 1/2 appelée trompe Dauphine, qui reprend ensuite l'appelation Dampierre.
  • Le grand diamètre de ces trompe permet de les utiliser avec un tricorne, chapeau bien large. En effet, lorsque la trompe n'est pas utilisée, on la met en bandoulière en passant la tête et un bras en son centre.
  • En 1855, un fabricant de trompe réalise le premier modèle à 3 tours 1/2, ayant un diamètre de 37 cm. C'est la trompe d'Orléans.
  • La trompe d'Orléans est celle qui est la plus utilisée de nos jours. Comme précisé plus haut, on en trouve des légères et des lourdes. Elle est peu encombrante et l'on peut facilement la mettre en bandoulière, même à cheval puisque les bombes ont remplacé les tricornes !
    Il existe aussi une trompe de très petit diamètre, enroulée sur 8 tours 1/2. Ce sont les chasseurs de lièvre ou lapin qui l'utilisent car ils sont à pied et cette trompe se porte ainsi facilement à la main ou dans le dos.

    Maintenant, il y a de plus en plus de sonneurs qui apprécient et utilisent cet instrument de façon totalement indépendante de la chasse, pour le simple plaisir de sa chaleur, de son éclat, de sa sensibilité, de son timbre....

    Qu'est-ce qu'on sonne avec une trompe ?

    Le répertoire de base de la trompe est constitué de fanfares de chasse (ou de vénerie). Quelles que soient les convictions du sonneur (chasseur ou non), c'est un préalable considéré comme indispensable.
    Parmi les fanfares de vénerie, on distingue :
  • les fanfares d'animaux : une fanfare pour le sanglier, une autre pour le cerf etc.
  • les fanfares de circonstance : une fanfare lorsque l'animal va à l'eau, en ressort, est vu, perd les chiens etc.
  • les fanfares de maître et d'équipage, écrites pour des personnes ou des groupes.

  •  

     
     
     

    Et puis existent maintenant de plus en plus de fanfares dites de fantaisie, où le style est plus libre et où la trompe peut se faire accompagner d'autres instruments comme le piano ou l'orgue.

    Il existe des milliers de compositions, dont une grande partie n'est pas (ou pas encore ?) écrite et se transmet par tradition orale. Les partitions sont utiles pour la transmission des fanfares aux autres et à la postérité, mais l'on sonne toujours sans elles.

    Sonner en groupe

    Sonner seul, c'est bien, sonner à plusieurs c'est encore mieux. Le sonneur solo peut se permettre de donner, parfois de façon improvisée, plus d'expression dans sa trompe voire modifier le rythme. En groupe, tout le monde doit sonner exactement de la même façon, ce qui restreint la liberté individuelle mais donne accès à des fanfares qui ne peuvent se sonner qu'en groupe.
    A plusieurs, on peut sonner à troix voix : le chant (ou première), la seconde et la basse. On peut aussi y adjoindre un radoux pour les fanfares ou parties de fanfares qui se sonnent doucement (quoique à pleine pression !).
     
     
    Voici la disposition classique d'un groupe de trompe, vu de dessus (j'ai schématisé la tête et les épaules). C'est la formation en V : les sonneurs sont aussi proches que possible les uns des autres pour former un ensemble homogène, en veillant à sonner dans la même direction (vers les auditeurs, ce qui oblige à leur tourner le dos) mais sans gêner l'émission du son de celui de devant.

    Une formation pourrait être composée, par exemple, de 4 premières (pointe du V), suivi de 3 secondes, 1 radoux, 2 basses (les deux derniers). Plus le groupe est important, plus il est difficile de sonner bien ensemble. 10 à 12 sonneurs constituent déjà un bon ensemble.

    Le sonneur qui est en tête (ici en haut à droite) a un rôle important : il doit en plus battre la mesure avec sa trompe. 

    Exemple de trio, avec première, seconde et basse.

    Exemples de fanfares

    Les fichiers sont au format wav mono 8 bits 11 kHz pour réduire leur taille autant que possible.

    Liens

    Vous trouverez ici d'autres précisions intéressantes sur cet instrument :


    Page principale
    Un autre instrument traditionnel :
    la cornemuse
     

    Emmanuel N.